L’inspection professionnelle : au cœur de la mission de l’Ordre

Inspection professionnelle-BlogueL’inspection professionnelle est l’un des volets importants de la mission de l’Ordre. En 2014-2015, 1 700 membres seront inspectés dont 1 025 en pratique générale et 600 en pratique privée. De plus, il est prévu qu’environ 75 ingénieurs seront inspectés à la suite par exemple d’une demande du Comité d’inspection professionnelle de l’Ordre (CIP) ou d’une réinscription au tableau de l’Ordre après une absence excédant trois ans. Nous tenterons, dans ce billet, de démystifier l’inspection professionnelle. 

 À quoi faut-il s’attendre lors d’une inspection ?

L’inspection professionnelle porte principalement sur les dossiers, les livres et les registres que le membre tient dans l’exercice de ses fonctions. Elle est de nature confidentielle.

La visite d’inspection se déroule en trois étapes, sur les lieux de travail. Une première rencontre a lieu en groupe et tous les membres peuvent y participer, tout comme le personnel de la direction. La présentation de sensibilisation par l’inspecteur aborde plusieurs thèmes d’intérêt à tous les membres, notamment la pratique professionnelle, l’encadrement juridique de la profession et la déontologie. Cette séance suscite habituellement d’intéressantes discussions. Elle dure environ deux heures. Pour l’entreprise, cette rencontre représente un excellent moment pour faire le point sur les mesures qu’elle préconise pour valoriser la profession et favoriser, par les membres, le respect de leurs devoirs et obligations éthiques, déontologiques et légaux.

S’en suivent les rencontres individuelles.  Pour chacune, dans un premier temps, l’inspecteur recueille des renseignements propres au membre. Ensuite, il procède à l’analyse des dossiers techniques en s’appuyant sur tout profil de compétences correspondant à la pratique du membre.

À terme, chaque membre reçoit par écrit, chez lui, les résultats de son inspection, incluant les recommandations appropriées et, le cas échéant, les suggestions de mesure d’amélioration. S’il  y a lieu, le document contient également la liste des dérogations et des lacunes relevées, le cas échéant. Le membre y est aussi invité à faire part à l’Ordre de ses commentaire et suggestions d’améliorations au processus, de manière anonyme s’il le souhaite.

Quels suivis peuvent en découler ?

À la suite d’une inspection, le CIP décide soit :

  • de fermer le dossier, lorsque l’inspection est satisfaisante – il s’agit de la presque totalité des cas ;
  • de procéder à une inspection complémentaire ou à une inspection de suivi ;
  • de mener une inspection portant sur la compétence professionnelle lorsque le membre semble ne pas posséder l’expertise, les connaissances ou l’expérience suffisante pour les dossiers et les mandats qu’il accepte et réalise.

Le CIP peut également décider d’informer le Bureau du syndic lorsqu’un membre semble avoir commis des infractions aux lois et aux règlements.

À quoi sert l’inspection professionnelle ?

L’inspection professionnelle vise à améliorer la pratique du génie. Elle se situe au cœur de la mission de l’Ordre. Misant sur la prévention, elle se veut une mesure de développement continu de la pratique professionnelle. C’est là une des raisons pour laquelle la rencontre de groupe est admissible à titre d’activité de formation en vertu du Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs (crédit de deux heures). Pour le membre, la visite de l’inspecteur constitue donc une excellente occasion d’élargir ses connaissances et de profiter d’un examen de sa pratique par un pair.

Certains membres auront des divergences d’opinions ou voudront formuler des commentaires et poursuivre la discussion sur le présent billet. Nous vous invitons à venir sur le fil de discussion de notre groupe LinkedIn.

POUR PLUS D’INFORMATION, CONSULTEZ :