Formation continue : une approche souple pour le maintien des compétences

ForContinue_MartheFortin-v3Le développement professionnel reste au cœur de nombreuses discussions. L’Ordre, en tant qu’organisme réglementaire ayant pour mission le contrôle de la profession dans un but de protection du public, est conscient du fait que les compétences que doivent maintenir les ingénieurs pour exercer leurs activités professionnelles évoluent continuellement.

Ne pouvant se soustraire à ses obligations, il a estimé qu’il était nécessaire d’adopter, le 10 décembre 2010, une réglementation visant les activités de développement professionnel que doivent suivre ses membres.

L’encadrement de la formation continue s’inscrit dans la poursuite de trois objectifs :

  • assurer la qualité et l’efficacité des services professionnels rendus par les ingénieurs ;
  • favoriser l’adaptation de la profession, imposée par le changement continu du contexte socioéconomique, de la technologie et des attentes du milieu ;
  • renforcer la responsabilisation de l’ingénieur au sujet de son propre développement professionnel.

Cette nécessité d’assurer le contrôle de la formation continue correspond à ce que l’on retrouve ailleurs. En effet, dix-sept ordres professionnels québécois ont adopté un tel règlement. Sans compter le fait que sept provinces et territoires canadiens ainsi qu’une quarantaine d’États américains règlementent, eux aussi, la formation continue des ingénieurs.

Bilan et constats de la première période de référence

La première période de référence du Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs s’est terminée le 31 mars 2013. Celle-ci a permis à l’Ordre de dresser un bilan et d’en tirer quelques constats. Premièrement, la norme minimale de 30 heures de formation continue sur deux ans est une exigence raisonnable, puisque la vaste majorité des membres s’y sont conformés en déclarant en moyenne 58,5 heures par membre. Deuxièmement, suite aux remarques formulées par ses membres, l’Ordre a observé que les limites d’heures fixées pour quelques activités pouvaient être restrictives pour les membres voulant choisir certaines formations appropriées à leurs besoins. Troisièmement, l’obligation pour des retraités encore actifs, mais qui n’exercent pas la profession, de participer à des activités de formation pouvait s’avérer problématique.

L’Ordre a donc corrigé certaines situations et a modifié le Règlement. Bien que les modifications soient entrées en vigueur le 5 juin 2014, celles-ci s’appliquent à l’ensemble de la période de référence 2013-2015 ainsi qu’aux périodes de référence subséquentes. Un portait global des types d’activités, des heures déclarées, des demandes de dispenses, des situations de non-conformités ainsi qu’un sommaire des changements est disponible dans la revue PLAN d’octobre-novembre 2014.

Type de cours privilégiés et formation sur mesure

Parmi les 3,2 millions d’heures déclarées par les membres en 2011-2013, on constate que les cinq types d’activités les plus populaires sont :

  • les formations offertes par l’employeur ;
  • les cours offerts par un établissement d’enseignement ;
  • les conférences, ateliers, séminaires, colloques ou congrès ;
  • les cours offerts par un ordre professionnel ;
  • les projets de recherche et autoapprentissage.

Même si ce dernier demeure limité à 5 heures par période de référence, l’Ordre est conscient que certains de ses membres restent insatisfaits et propose donc des solutions pour leur permettre de faire des choix judicieux.

Ces solutions résident dans la grande marge de manœuvre qu’offre le Règlement : il est possible de se conformer aux exigences en optant pour une démarche d’autoapprentissage, basée sur le partage de connaissances et d’expérience, sur mesure et à peu de frais ! Vous pouvez rechercher un sujet lié à vos activités professionnelles puis présenter une conférence à vos collègues, animer un groupe de discussion ou des séances de coaching et rédiger un article qui sera publié dans la revue de votre association sectorielle. Toutes ces options vous permettent de rentabiliser les heures passées à la recherche et à l’autoapprentissage tout en faisant profiter vos pairs de votre expérience et de vos connaissances. Ainsi, tous les membres participants peuvent potentiellement comptabiliser des heures de formation et tout le monde est gagnant.

Rappel de la fin de la deuxième période de référence

L’approche de l’Ordre ne consiste pas à dicter aux membres quelles formations suivre. Il sait que les ingénieurs sont les mieux placés pour choisir les contenus et les types d’activités convenant à leurs besoins. Le Règlement accorde toute la latitude nécessaire pour sélectionner les activités de formation les plus appropriées pour chacun de ses membres. Les différents outils dont l’Ordre fait la promotion n’ont pour but que d’aider ses membres à faire les meilleurs choix et ce, le plus facilement possible.

Le 31 mars 2015 marquera la fin de la deuxième période de référence. N’oubliez donc pas d’utiliser le formulaire de déclaration, disponible dans votre portail, afin de rendre compte de vos activités de formation et des heures que vous y avez consacrées !

Liens utiles :

Certains membres auront des divergences d’opinions ou voudront formuler des commentaires et poursuivre la discussion sur le présent billet. Nous vous invitons à venir sur le fil de discussion de notre groupe LinkedIn.

POUR PLUS D’INFORMATION, CONSULTEZ :

Commission Charbonneau : le point sur la contribution de l’Ordre

Commission d'enquête sur l'industrie de la constructionLa Commission d’enquête sur l’industrie de la construction (CEIC) a entamé il y a quelques jours une nouvelle étape de ses travaux, celle de l’audition des divers organismes de surveillance. Ce billet vise à faire le point sur la contribution de l’Ordre des ingénieurs du Québec aux travaux de la commission.

 

Lire la suite

Prévention des risques d’incendie dans les résidences pour aînés : l’Ordre apporte sa contribution

Que Seniors Fire Inquiry 20140826L’enjeu de la prévention des risques d’incendie dans les résidences privées pour aînés a refait surface dans l’actualité quand la ministre de la Sécurité publique a annoncé la tenue d’une enquête publique pour déterminer les causes et les circonstances de la terrible tragédie qui a causé 32 décès à la Résidence du Havre de L’Isle-Verte. L’Ordre a participé à un certain nombre d’initiatives visant ce dossier important pour la protection du public. Lire la suite

Le français : un obstacle à l’entrée dans la profession ?

Français-obstacle professionL’obligation de maîtriser le français pour être membre de l’Ordre des ingénieurs du Québec a fait l’objet de nombreuses discussions au cours des derniers jours. Certains y voient une mesure incompatible avec les besoins de certains employeurs qui opèrent dans des secteurs où les activités sont fortement mondialisées. Nous avons voulu explorer la question un peu plus en profondeur.  Lire la suite

L’inspection professionnelle : au cœur de la mission de l’Ordre

Inspection professionnelle-BlogueL’inspection professionnelle est l’un des volets importants de la mission de l’Ordre. En 2014-2015, 1 700 membres seront inspectés dont 1 025 en pratique générale et 600 en pratique privée. De plus, il est prévu qu’environ 75 ingénieurs seront inspectés à la suite par exemple d’une demande du Comité d’inspection professionnelle de l’Ordre (CIP) ou d’une réinscription au tableau de l’Ordre après une absence excédant trois ans. Nous tenterons, dans ce billet, de démystifier l’inspection professionnelle.  Lire la suite

L’ingénieur et son employeur : qu’en est-il de l’indépendance professionnelle ?

Necessary agreementCertains membres se sont questionnés récemment à savoir sur quelle base reposait le principe de primauté de la loyauté envers la profession sur celle de l’employeur. La question qui se pose est plutôt « comment faire pour que l’intérêt du public prime sur celui de l’employeur ? » Dans quelle mesure un ingénieur salarié est-il professionnellement indépendant de son employeur ? Dans la même foulée, d’autres se sont questionnés sur l’existence du Fonds de défense déontologique.  Tentons de répondre un peu plus longuement à ces questionnements.  Lire la suite

Défis de l’enquête sur l’effondrement des poutres et paralumes du tunnel Viger

Dans nos billets, nous avons abordé à quelques reprises la complexité des enquêtes liées aux dossiers de collusion, de corruption et de contributions politiques illégales. Mais qu’en est-il des enquêtes techniques menées par le Bureau du syndic sur des projets d’envergure ? Prenons, par exemple, l’enquête ouverte par le Bureau du syndic à la suite de l’effondrement des poutres et des paralumes du tunnel Viger en juillet 2011. Pourquoi n’y a-t-il eu aucune plainte déposée à ce jour ?  Lire la suite

Le dossier de l’effondrement du viaduc de la Concorde, un dossier technique ardu et complexe

overpass collapseLe Bureau du syndic, après des enquêtes menées avec le plus grand sérieux, a fermé 11 des 12 dossiers ouverts dans le cadre du viaduc de la Concorde. Une seule plainte a été déposée au Conseil de discipline. Les médias ont abondamment couvert le sujet ces derniers jours. Certains se demandent pourquoi cela a pris 8 ans.

L’Ordre est conscient que ses enquêtes ont pris beaucoup de temps pour se conclure, il s’agissait d’un dossier technique d’une complexité sans précédent.  Lire la suite

L’Office des professions du Québec, gardien de la protection du public

Patron and leader conceptSur la lancée du billet, Un système professionnel différent d’un océan à l’autre, dans lequel nous vous présentions les grandes lignes du système professionnel au Québec, nous souhaitons nous arrêter un peu plus longuement sur le rôle et les responsabilités de l’Office des professions du Québec.

L’Office des professions du Québec, un organisme gouvernemental autonome, veille à ce que chaque ordre professionnel au Québec respecte son mandat de protection du public. C’est-à-dire s’assurer que les membres de chacun des ordres soient compétents et intègres. L’Office veille également à ce que les ordres qu’il supervise, détiennent et utilisent les ressources nécessaires, notamment réglementaires et financiers, afin de réaliser leur mandat de protection du public. C’est la responsabilité des ordres professionnels de s’assurer que le public soit bien protégé.  Lire la suite

Les sanctions disciplinaires pas assez sévères ?

Magnifying lens  on the stack of old paper filesDans la foulée des plaintes déposées par le Bureau du syndic de l’Ordre des ingénieurs du Québec en juin dernier, plusieurs membres s’inquiètent des sanctions imposées par le Conseil de discipline aux ingénieurs fautifs. Certains les jugent trop clémentes compte tenu des actes reprochés lors des témoignages entendus devant la Commission Charbonneau.

Il est vrai que certains dossiers traités par le Bureau du syndic depuis 2013 et les plaintes qui en ont découlé ont fait l’objet d’une couverture médiatique importante. Des commentateurs ont souhaité que les ingénieurs fautifs remboursent les dommages causés. Un projet de loi en ce sens avait été déposé par le gouvernement de Pauline Marois en décembre 2013. Ce projet n’a pas été adopté et il reste au gouvernement à statuer sur les solutions à apporter à cette crise.  Lire la suite