La situation exceptionnelle engendrée par la COVID-19 suscite plusieurs questionnements et préoccupations auprès de la communauté d’ingénieurs, ce qui est parfaitement normal. Je veux d’ailleurs vous remercier d’avoir répondu en grand nombre au sondage réalisé juste avant Pâques. Aujourd’hui, je tiens à vous en présenter les principaux résultats. Ils révèlent bien sûr des inquiétudes, mais aussi des raisons d’envisager l’avenir avec un certain optimisme.

L’essentiel : la santé et les revenus

Ingénieurs employés

  • 10 % ont perdu leur emploi
  • 15 % ont dû réduire leurs heures

Ingénieurs à leur compte et propriétaires d’entreprises

  • 25 % ont temporairement cessé leurs activités ou fermé leur entreprise

Sans surprise, les principales inquiétudes touchent la santé et les finances personnelles. Comme le dit un répondant qui continue de travailler à l’extérieur de chez lui : « Je ne veux pas devenir un vecteur de contagion pour ma famille dans le cadre de l’exécution de mes fonctions ». Certains ont d’ailleurs vu leur famille touchée directement par la maladie et j’ai une pensée toute spéciale pour eux. Ces situations difficiles nous rappellent à quel point il est essentiel de ne pas baisser la garde et de continuer l’effort collectif de lutte contre la pandémie.

Un autre aspect fondamental du bien-être, la sécurité financière, est lui aussi source de préoccupations. Certains ont perdu temporairement leur poste ou ont dû réduire leurs activités. Seuls 1% des répondants ont perdu leur emploi de manière permanente, et 3% anticipent que cela pourrait leur arriver dans les prochaines semaines ou prochains mois. Souhaitons que ces chiffres restent les plus bas possibles. D’autres travaillent autant qu’avant, mais ont subi des baisses de salaires décrétées par leur organisation en raison du contexte.

Les ingénieurs sont optimistes quant à la reprise économique

Lors de la reprise, l’activité dans mon secteur :

Reprendra au même niveau qu’avant : 35 %

Sera un peu ou beaucoup plus forte pour rattraper le retard : 39 %

À court terme, pour les semaines à venir, plusieurs ingénieurs restent inquiets par rapport à leur situation personnelle (risque de perte d’emploi ou de devoir cesser ses activités). La bonne nouvelle est toutefois que trois répondants sur quatre estiment que la reprise économique dans leur secteur amènera un niveau d’activité équivalent ou supérieur à celui qui prévalait avant la crise. Ainsi, malgré la morosité actuelle, la confiance reste solide quant à l’avenir de leur secteur d’activité. Tous les acteurs de la société devront déployer des efforts maximaux pour que la reprise soit la plus vigoureuse possible.

Le travail à distance : efficace… mais il y a des limites!

Près 80% des répondants ont affirmé que le télétravail s’est organisé de manière efficace dans leur organisation. Comme il s’agit d’un ingrédient essentiel à la poursuite des activités des organisations et au maintien en emploi, ce résultat est une excellente nouvelle.

Évidemment, comme vous l’avez mentionné dans vos commentaires, il y a des limites : difficile de faire à distance l’entretien d’une ligne de fabrication, la surveillance d’un chantier, ou un forage d’exploration! Par ailleurs, le génie se pratique en équipe, et l’absence de contacts directs avec les collègues ou les clients est aussi mentionné comme source de frustration. Le travail d’ingénieur requiert souvent une présence physique, et il va de soi que la situation actuelle ne permet pas d’accomplir toutes les facettes de votre travail comme vous l’aimeriez.

Certains défis liés au travail à distance sont d’un autre ordre, notamment la résistance de certaines entreprises à cette évolution, ou encore des capacités techniques limitées (manque d’ordinateurs portables, difficultés de connexion, etc.). Finalement, pour plusieurs, la présence d’enfants à la maison toute la journée représente tout un défi. Ayant moi-même deux enfants à la maison, je ne peux qu’être empathique!

Les ingénieurs : aussi au front!

36 %
Proportion des répondants qui participent professionnellement à la lutte contre la COVID-19

Cette donnée du sondage est une grande source de fierté pour moi : plus du tiers des ingénieurs répondants sont actifs professionnellement dans la lutte contre la COVID-19. La majorité d’entre eux travaillent dans des activités ou services jugés essentiels, tandis que les autres tentent de trouver de nouvelles solutions techniques à la crise actuelle.

Cette crise a aussi révélé à quel point la flexibilité dans le secteur manufacturier peut se révéler critique pour une société. La capacité des ingénieurs à réorienter rapidement une ligne de production, ou encore à adapter des matériaux ou des composantes à des usages nouveaux sont des compétences essentielles dans une société. Personne ne pourra nier ce fait à l’avenir : c’est une leçon que tous devront retenir.

Au cours des prochaines semaines, par le biais de courtes entrevues vidéo, je vais mettre en lumière le travail innovant de certains d’entre vous dans cet effort collectif. Suivez nos prochaines publications à cet effet.

L’Ordre vous accompagne

Comme vous le savez, le mandat de l’Ordre est d’assurer la protection du public. À ce titre, dernière bonne nouvelle : essentiellement tous les répondants jugent être en mesure de continuer à respecter leurs obligations déontologiques (99%!). Certains défis ont été soulignés, comme les difficultés d’effectuer une supervision directe et immédiate ou les activités de parrainage. Notez qu’à ce titre, l’Ordre permet le parrainage par vidéoconférence. Dans l’ensemble, ces résultats sont donc une très bonne nouvelle pour la protection du public. Évidemment, nous restons à l’affût et vous invitons à nous signaler toute situation problématique dont vous pourriez être témoin.

Soyez assurés que l’Ordre fait le maximum pour faciliter la traversée de cette crise. Nous avons déjà annoncé différentes mesures, comme la prolongation de la période d’inscription. J’ai aussi noté dans vos commentaires plusieurs questions concernant les exigences de formation et l’offre de formation de l’Ordre. Nous vous avons entendu : c’est pourquoi nous offrons pour une certaine période toutes nos formations virtuelles à moitié prix et une autre gratuitement, comme on vous l’annonçait dans le Bulletin Plus de la semaine dernière.

En terminant, je tiens à réaffirmer ma fierté de voir le niveau d’engagement des ingénieurs dans la crise actuelle. Le premier ministre Legault laisse entrevoir la réouverture ordonnée de certains secteurs de l’économie. C’est un signe encourageant qui, on l’espère, sera bientôt suivi de mesures similaires. La relance de l’économie sera une priorité. Il s’agit également d’une occasion pour réfléchir à la façon d’organiser nos entreprises, nos services publics et le reste de la société, autant pour faire face à d’autres crises éventuelles que pour tirer le maximum de nos ressources humaines et matérielles. Dans tous les cas, les ingénieurs seront au rendez-vous.

 

Kathy Baig

Kathy Baig

Je me nomme Kathy Baig, je suis ingénieure et présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec depuis le 22 juin 2016. J’anime ce blogue dans le but d’échanger avec les membres, les parties prenantes et le public sur différents sujets et enjeux touchant à notre profession. Ce blogue permettra aussi de partager et commenter les différentes actions contenues dans le Plan ING2020 pour accentuer la protection du public et améliorer la pratique professionnelle.

Répondre