Reprise d’un article publié sur Linkedin : https://www.linkedin.com/pulse/les-ing%C3%A9nieurs-juniors-qui-sont-ils-oiq-juniorat-kathy/

Il est intéressant de constater que la profession d’ingénieur se renouvelle au Québec. En effet, l’Ordre des ingénieurs du Québec a accueilli 2 794 ingénieurs juniors dans ses rangs au terme de leur juniorat en 2016-2017.

Le juniorat est une période d’apprentissage qui mène à l’obtention du permis d’ingénieur de plein titre. Pendant cette période, pouvant aller jusqu’à 36 mois ou plus dans certains cas, l’aspirant ingénieur doit travailler à titre d’ingénieur junior sous la direction et la surveillance immédiate d’un ingénieur expérimenté et ce, afin d’assurer la protection du public. Le juniorat constitue une étape essentielle du parcours professionnel.

Je vous invite à consulter article publié récemment pour en apprendre davantage sur le processus qui mène à l’obtention du statut d’ingénieur junior.

Répartition des nouvelles admissions au tableau pour les ingénieurs juniors

Au 31 mars 2017, l’Ordre comptait 12 794 ingénieurs juniors (incluant les ingénieurs stagiaires) inscrits au tableau. Ils représentaient 20,5 % des membres.

Tableau de la répartition des nouveaux ingénieurs juniors

Les femmes

En tout, 2 719 nouveaux ingénieurs juniors ont joint les rangs de l’Ordre en 2016-2017. De ce nombre, 19,9 % étaient des femmes.

Les professionnels formés à l’étranger

Les diplômés en génie d’établissements étrangers représentaient une proportion de 17,5 %des nouveaux ingénieurs juniors.

Le pourcentage de femmes au sein de ce groupe est légèrement plus élevé que celui des diplômés des établissements du Québec et des autres provinces, soit 21,2 %.

Portraits d’ingénieurs juniors

En rédigeant cet article, j’ai eu envie de vous présenter deux ingénieurs juniors qui ont fait l’objet de portraits dans la Revue PLAN de l’Ordre au cours des derniers mois. Je vous invite à découvrir ou redécouvrir leur parcours inspirants!

Vue sur la relève

Jihane Ajaja, ing. jr, Pratt & Whitney Canada

Passionnée de matériaux et d’aérospatiale. C’est pendant son baccalauréat en génie des matériaux à l’Université McGill qu’elle a mis le nez dans l’industrie aérospatiale. De plus, son engagement l’a conduit jusqu’aux enfants syriens réfugiés dans un camp en Turquie.

Professionnel formé à l’étranger

Marcos Amaral Santos, ing. jr, CN

Une intégration bien planifiée. La Boussole de l’Ordre, il s’en est beaucoup servi afin de mettre toutes les chances de son côté et réussir son intégration à l’Ordre. Cet ingénieur junior a quitté son Brésil natal, pour exercer sa profession au Québec et a étudié à l’École Polytechnique de Montréal.

L’avenir des ingénieurs juniors

L’accueil et l’accompagnement des futurs ingénieurs au sein de la profession figurent parmi les priorités du Plan ING2020. Pour cette raison, il est prévu de revoir l’intégration des ingénieurs juniors au sein de l’Ordre. Je vous invite à consulter ce récent article, dans lequel les actions envisagées pour y arriver sont expliquées.

Cet article est le deuxième d’une série de trois articles. Le premier traitait de l’admission des candidats et le prochain dressera un portrait des ingénieurs de plein titre.

Kathy Baig

Kathy Baig

Je me nomme Kathy Baig, je suis ingénieure et présidente de l’Ordre des ingénieurs du Québec depuis le 22 juin 2016. J’anime ce blogue dans le but d’échanger avec les membres, les parties prenantes et le public sur différents sujets et enjeux touchant à notre profession. Ce blogue permettra aussi de partager et commenter les différentes actions contenues dans le Plan ING2020 pour accentuer la protection du public et améliorer la pratique professionnelle.

Répondre